Top infos

Use your own screenshot.

Non content d’être le footballeur le plus bling-bling de la planète et le joueur le plus rapide dans FIFA 17, Pierre-Emerick Aubameyang est aussi très loin de l’image qu’on lui colle souvent, celle d’un mec qui se la raconte. Pendant près d’une heure et demi, l’ancien du Milan, de Dijon, de Lille, de Monaco ou encore de Saint-Etienne, considéré aujourd’hui comme l’un des dix meilleurs attaquants de la planète, s’est livré sans retenue, prouvant que chez les footballeurs, il existe encore des « bons clients ». Extraits d’une interview à retrouver en intégralité dans le numéro 302 du magazine Onze Mondial, en kiosque.

 

Parcours

Tu as été prêté cinq saisons de suite par le Milan AC. N’était-ce pas frustrant pour de toi de revenir puis de repartir aussitôt chaque été?

Sur la fin, c’était lourd (il soupire). La première saison, d’accord. Je pars à Dijon en Ligue 2, le but était de faire une bonne année pour atteindre la Ligue 1. C’est ce qui a été fait. Ensuite, je suis prêté à Lille avec toujours l’espoir de retourner un jour au Milan, bien sûr. Je me disais : « Si tout se passe bien, on ne sait jamais ». Mais ça ne se passe pas forcément bien. Après ça, je vais à Monaco. À partir de ce prêt-là, c’est devenu très chiant. J’avais besoin de me poser dans un club, je voulais qu’on me fasse confiance. C’est ce qui s’est passé à Sainté. Le plus compliqué, quand tu es prêté, c’est de toujours repartir à zéro…

Ils doivent te regretter aujourd’hui…

Un peu, ouais (rires). Je pense. D’ailleurs, j’ai vu Galliani lors de la finale de la dernière Ligue des Champions. J’étais content de le voir, il était heureux aussi. Il m’a félicité et m’a dit : « Je sais que tu ne vas pas revenir tout de suite mais si un jour tu le souhaites, tu seras le bienvenue ». J’ai répondu : « Avec plaisir » (rires).

 

Style de jeu

Tu as longtemps été considéré comme un « tout droit » au début de ta carrière…

C’est vrai, j’étais un peu comme ça. Mais à ce moment-là, je ne m’en rendais pas vraiment compte. Je savais que je pouvais être bon techniquement mais je gérais mal le stress, du coup je jouais souvent à une touche de balle et quand tu joues à une touche, le pourcentage d’imprécisions est évidemment plus important. Et puis petit à petit, j’ai commencé à jouer plus relâché.

Ça fait quoi d’être le joueur le plus rapide dans FIFA ?

Dans le précédent, je n’étais que 3e en vitesse mais cette fois je suis premier. Enfin FIFA me respecte (il se marre) ! Dans PES aussi d’ailleurs, je suis devant.

 

Dortmund

T’as bossé trois ans avec Klöpp. Tu gardes quoi de lui ? Il est comment dans l’intimité du vestiaire ?

C’est quelqu’un de très charismatique. Ça n’a pas été facile au début, mais il m’a beaucoup apporté, que ce soit au niveau du caractère ou du jeu. C’est un mec de parole. Bon sinon, c’est vrai que c’est un fou. Il est très affectif, très proche de ses joueurs, il exprime ses sentiments très facilement, colère comme joie.

Tu as un duel à distance avec Lewandowski. Tu vas le griller cette année ?

Oui, il y a toujours ce duel. J’espère être devant lui cette saison, c’est un objectif personnel. Ça fait trois ans de suite qu’il termine meilleur buteur de Bundesliga, il faut que ça change maintenant… On se charrie pas mal sur Twitter à propos de ça. C’est de bonne guerre.

 

Ligue 1

Tu as récemment envoyé un message de soutien à Balotelli. Penses-tu qu’il puisse inscrire 20 buts cette saison ?

Il peut. Mais ça ne dépend que de lui. S’il reste concentré sur son foot toute la saison, il va y arriver.

Comment expliques-tu que beaucoup de joueurs formés en Ligue 1 aient besoin de s’exiler pour se révéler ?

Écoute, je trouve qu’en France après une bonne saison, certains joueurs se sentent installés. Ils se laissent un peu aller. Quand tu vas à l’étranger, il y a une rigueur qui fait que tu dois te remettre en question, parce que sinon on te remet en question à ta place. Le problème vient plus des joueurs.

 

PSG

Ton avis sur PSG ?

On va voir. J’ai trouvé leur recrutement euh…. Disons que je m’attendais à ce qu’il y ait plus de joueurs qui arrivent. Maintenant, ça reste une grosse équipe et à mon avis, ils vont encore être champions cette saison. Mais il y a peut-être une ou deux équipes qui peuvent les emmerder…

Tu as été annoncé plusieurs fois là-bas. Pourquoi n’avoir jamais rejoint Paris ?

A la fin de ma première saison en Bundesliga, il y a eu des contacts. L’été d’après aussi. En fait, presque chaque année il y a eu des contacts. Mais Paris s’y est mal pris. Ça s’est mal passé. C’est tout ce que je peux dire.

T’en as trop dit, là.

J’aimerais bien te le dire mais je ne peux pas. Ils s’y sont mal pris, c’est tout (rires). Après, je n’avais pas spécialement envie de revenir tout de suite en France. Mais c’est vrai que Paris a l’ambition de gagner la Ligue des Champions, donc ça peut être intéressant pour un joueur comme moi.

Transferts / Avenir

Tu as été annoncé tout proche de City, c’était vrai ?

Oui, c’est vrai. Il y a eu des discussions. Mon père a discuté avec le club, mais rien de concret au final.

On a parlé de toi au Real également.

Je pense qu’il y avait un intérêt. Mais ça n’a pas été plus loin. Donc je ne me suis pas fait de film.

Tu as fait plusieurs appels du pied, as-tu déjà eu une réponse ?Parce que dans la presse, Zidane et Pérez n’ont jamais réagi à tes sorties médiatiques…

Mais je n’attendais aucune réponse. On m’a posé la question en interview : « Quel est le club de tes rêves ? » J’ai répondu : « Le Real est mon club de coeur et j’ai fait la promesse à mon grand-père de jouer là-bas un jour, j’espère que ça arrivera ». Voilà, c’est juste un objectif, j’ai encore le temps. Mais je n’ai pas fait ça pour piquer l’intérêt du club et essayer de les attirer. Je pense que je n’ai pas besoin de ça aujourd’hui. S’ils me veulent, ils viendront, s’ils ne viennent pas, tant pis. Maintenant, je sais qu’il y a eu des contacts.

Un mot sur ta fin de carrière. Tu ne crains pas le jour ou tu ne seras plus dans la lumière?

Je sais ce qui m’attend. Je suis déjà prêt parce que mon père l’a vécu et m’y a préparé. J’essaie de faire une belle carrière pour qu’on se souvienne de moi. Aujourd’hui, on se souvient de ceux qui ont gagné, qui sont devenus des légendes de ce sport.